Projet de fermeture de Fessenheim : une ineptie selon les experts


Ineptie industrielle, environnementale et sociale

Cent cinquante personnes ont répondu à l’invitation du CCE pour assister aux comptes rendus des experts. Trois cabinets, trois expertises, un seul avis : fermer Fessenheim est une gabegie et représenterait un immense gâchis, tant sur le plan humain, technique que financier.

Pour le cabinet Syndex, qui a mené l’expertise socio-économique, cette fermeture entrainerait la suppression de 2 000 emplois (directs, prestataires et induits) sur le bassin Colmar-Mulhouse (déjà peu pourvu en emplois) et concernerait une population de plus de 5 000 personnes (familles).

Pour l’Institut énergie et développement (IED) qui a mené l’expertise technique, il n’y a aucune raison de fermer cette centrale. Son coefficient de rendement est très bon et ses performances en matière de sûreté nucléaire et de protection de l’environnement ont été distinguées « de manière positive » par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), dans un rapport sur l’état de la sûreté nucléaire et de la radioprotection en France, datant de fin 2015. Avec Saint-Laurent-des-Eaux (Loir-et-Cher) et Penly (Seine-Maritime), Fessenheim se distingue même positivement dans le domaine de la sûreté nucléaire, à plusieurs titres.

De plus, IED signale que pour pallier le manque de production de Fessenheim (12 térawatts/heure) il faudrait avoir recourt à de l’électricité produite à partir de gaz ou de charbon, ce qui pourrait conduire à rejeter 7,89 millions de tonnes de CO2 dans l’air, chaque année.

Enfin le cabinet Secafi, qui a réalisé l’étude financière, estime que la fermeture du site représenterait un manque à gagner compris entre 1,6 et 6 milliards d’euros selon le prix de l’électricité.

Démonstration est ainsi faite. Elle donne raison aux élus du CCE et conforte l’idée déjà fortement portée par la salle (élus locaux et salariés) que cette fermeture anticipée n’a aucune raison d’être et qu’ensemble il est encore temps de tout faire pour empêcher la casse de cette usine de service public de l’électricité